Search

Items tagged with: Libre

breizhux
8 hours ago
Une #proposition pour les #libristes !
Et si on faisait simplement une #imprimante #libre #open-source où l'on puisse recharger soit même les cartouches facilement, et qui soit facile d'installation sur #Linux... bref, avoir tout les avantages, et ce serai plus #écolo que de changer à chaque fois de cartouche !

#alternative #idée
Squeeek GPS
1 day ago from WP to diaspora*
C’est Qwant qu’on va où ?

L’actualité récente de Qwant était mouvementée, mais il nous a semblé qu’au-delà des polémiques c’était le bon moment pour faire le point avec Qwant, ses projets et ses valeurs.

#framablog #framasoft #Libre #free
Cet article est disponible ici: https://framablog.org/2019/07/19/cest-qwant-quon-va-ou/
C’est Qwant qu’on va où ?
Framasoft
2 days ago from WP to diaspora*
C’est Qwant qu’on va où ?

L’actualité récente de Qwant était mouvementée, mais il nous a semblé qu’au-delà des polémiques c’était le bon moment pour faire le point avec Qwant, ses projets et ses valeurs.

#framablog #framasoft #Libre #free
Cet article est disponible ici: https://framablog.org/2019/07/19/cest-qwant-quon-va-ou/
C’est Qwant qu’on va où ?
Squeeek GPS
2 days ago from WP to diaspora*
Une charte de modération pour les médias sociaux de Framasoft

Framasoft a grandi très vite. Peut-être un peu trop vite. Il y a quelques années, l'association était une bande de potes parmi tant d'autres, se retrouvant et discutant sur Framagora (l'ancêtre de Framacolibri, pour celleux qui s'en souviennent !). Puis nous avons lancé[...]

#framablog #framasoft #Libre #free
Cet article est disponible ici: https://framablog.org/2019/07/18/une-charte-de-moderation-pour-les-medias-sociaux-de-framasoft/
Une charte de modération pour les médias sociaux de Framasoft
Framasoft
2 days ago from WP to diaspora*
Une charte de modération pour les médias sociaux de Framasoft

Framasoft a grandi très vite. Peut-être un peu trop vite. Il y a quelques années, l'association était une bande de potes parmi tant d'autres, se retrouvant et discutant sur Framagora (l'ancêtre de Framacolibri, pour celleux qui s'en souviennent !). Puis nous avons lancé[...]

#framablog #framasoft #Libre #free
Cet article est disponible ici: https://framablog.org/2019/07/18/une-charte-de-moderation-pour-les-medias-sociaux-de-framasoft/
Une charte de modération pour les médias sociaux de Framasoft
Framasoft
5 days ago
Une petite question, je cherche une ou des alternatives #libre a Picarto/Twitch pour du live stream, s'il en existe une ?
Peut-être est-il possible via #peertube ? Ou quelque chose du genre ?
#logiciellibre #opensource
YvaD
6 days ago
Une petite question, je cherche une ou des alternatives #libre a Picarto/Twitch pour du live stream, s'il en existe une ?
Peut-être est-il possible via #peertube ? Ou quelque chose du genre ?
#logiciellibre #opensource
Nesakko
6 days ago
Une petite question, je cherche une ou des alternatives #libre a Picarto/Twitch pour du live stream, s'il en existe une ?
Peut-être est-il possible via #peertube ? Ou quelque chose du genre ?
#logiciellibre #opensource
Squeeek GPS
1 week ago
Image/Photo

Entrée Libre : 3 jours de conférences et d’ateliers


Pour comprendre Internet, découvrir les logiciels libres et protéger sa vie privé
En partenariat avec @LinuxQuimper et @PennArWeb
https://cornouaille.ecologie.bzh/spip.php?article11454
#Quimper #Finistère #Bretagne #Linux #libre #internet
Reunig Kozh
1 week ago
Image/Photo

Entrée Libre : 3 jours de conférences et d’ateliers


Pour comprendre Internet, découvrir les logiciels libres et protéger sa vie privé
En partenariat avec @LinuxQuimper et @PennArWeb
https://cornouaille.ecologie.bzh/spip.php?article11454
#Quimper #Finistère #Bretagne #Linux #libre #internet
Khaganat
1 month ago
Khanatelier créatif au THSF 2019 : quand on met des rêveuses crypto-féministes chargées d’énergie créatrice dans une foule de festival arnarcho-artistico-liberhacker-geek, il se passe quoi ? Il se passe un Khanatelier créatif. Petite chronique de la présence de Khaganat au THSF 2019.

https://khaganat.net/blog/fr:blog:post_055

#THSF #Khaganat #Khanat #art #ArtLibre #CC-BY-SA #CreativeCommons #mywork #toulouse #hackerspace #univers #libre
Image/Photo
Framasoft
2 weeks ago from WP to diaspora*
Réinventer la cantine populaire ?

Et si dans notre société qui tangue dangereusement, nous retrouvions les voies du collectif solidaire pour un besoin élémentaire, ou plutôt alimentaire ?

#framablog #framasoft #Libre #free
Cet article est disponible ici: https://framablog.org/2019/07/10/reinventer-la-cantine-populaire/
Réinventer la cantine populaire ?
Squeeek GPS
2 weeks ago from WP to diaspora*
Nous sommes déjà des cyborgs mais nous pouvons reprendre le contrôle

Avec un certain sens de la formule, Aral Balkan allie la sévérité des critiques et l’audace des propositions. Selon lui nos corps « augmentés » depuis longtemps font de nous des sujets de la surveillance généralisée maintenant que nos vies sont sous l’emprise démultipliée du numérique.

#framablog #framasoft #Libre #free
Cet article est disponible ici: https://framablog.org/2019/07/09/nous-sommes-deja-des-cyborgs-mais-nous-pouvons-reprendre-le-controle/
Nous sommes déjà des cyborgs mais nous pouvons reprendre le contrôle
Framasoft
2 weeks ago from WP to diaspora*
Nous sommes déjà des cyborgs mais nous pouvons reprendre le contrôle

Avec un certain sens de la formule, Aral Balkan allie la sévérité des critiques et l’audace des propositions. Selon lui nos corps « augmentés » depuis longtemps font de nous des sujets de la surveillance généralisée maintenant que nos vies sont sous l’emprise démultipliée du numérique.

#framablog #framasoft #Libre #free
Cet article est disponible ici: https://framablog.org/2019/07/09/nous-sommes-deja-des-cyborgs-mais-nous-pouvons-reprendre-le-controle/
Nous sommes déjà des cyborgs mais nous pouvons reprendre le contrôle
isAAAc
2 weeks ago from WP to diaspora*
Vivre sans Google et cie ? La liste des alternatives aux GAFAM

Les GAFAM – ces mastodontes du web – sont régulièrement sont le feu des critiques. Contrôle du marché de l’information et de la publicité en ligne, revente des données personnelles, pouvoir économique mondial hors norme, influence de la démocratie via des lobbies surpuissants, les motifs de se méfier de ces géants ne manquent pas. Difficile pourtant de s’en défaire une bonne fois pour toute tant ils sont partout dans notre univers numérique. Néanmoins, voici quelques pistes pour les remplacer au quotidien.

Derrière l’acronyme un peu barbare de GAFAM se cachent 5 groupes tentaculaires travaillant sur les nouvelles technologies de l’information et de la communication : Google, Amazon, Facebook, Apple et Microsoft. Ces géants connus de tous et aux croissances folles sont aujourd’hui les leaders en matière de capitalisations boursières au prix de pratiques parfois – souvent – moralement douteuses. Au cœur des scandales, entre l’intrusion massive dans la vie privée des utilisateurs et la gestion peu scrupuleuse de leurs données personnelles, nous retrouvons également des collusions avec certains gouvernements comme ont pu le démontrer les lanceurs d’alerte de Wikileaks ou Edward Snowden. Une hégémonie quasi totale qui n’est pas signe de bonne santé pour nos démocraties déjà fragilisées.




Une autre vision du Web et de l’informatique

Depuis les débuts de l’informatique, un autre modèle s’organise en marge des logiques marchandes et liberticides grâce aux acteurs – ou hackteurs – des « free softwares » ou logiciels libres. De manière générale, ces logiciels peuvent être redistribués librement (gratuitement dans la majeure partie des cas, même si ce n’est pas obligatoire) et l’utilisateur peut avoir accès à leurs codes sources pour customiser et améliorer son expérience et celles des autres utilisateurs.

La plupart des logiciels ou services distribués sous licence libre sont développés de manière coopérative par leur communauté, permettant ainsi de répondre de manière efficace aux besoins des utilisateurs et de corriger un grand nombre de bugs. Bien moins avides en données personnelles, car non-financés par la publicité, ils peuvent s’avérer de bonnes alternatives aux services proposés par les GAFAM et se révèlent parfois même plus performants. VLC Media Player par exemple est un des seuls logiciels grand public permettant de lire, convertir et télécharger des fichiers audio et vidéo dans tous les formats existants.


Crédit : Anybox. Lire « Pourquoi l’open source »
Pour Richard Stallman, pionnier de la philosophie du Libre, ce mouvement veut poser les fondations d’une nouvelle société où les idées et la culture s’échangent librement. C’est à dire, sans soumission à une logique strictement commerciale qui oriente les actes des producteurs de contenus. L’objectif est de permettre à tout le monde de s’épanouir sans entrave, en favorisant la compréhension de la technologie et l’utilisation du matériel informatique tout en limitant le gaspillage et l’obsolescence. Bâtie sur ce modèle, la fondation Wikipédia, quotidiennement enrichie par les contributions de ses utilisateurs, en reste le meilleur exemple.

Des alternatives concrètes aux GAFAM pour se réapproprier son ordinateur et la navigation web

Dans la mesure du possible, nous tâcherons de proposer ici quelques solutions libres, open-source et respectueuses de la vie privée des utilisateurs, sans prétendre que celles-ci soient qualitativement supérieures. Si nous ne pouvons pas traiter en un seul article tous les services proposés par les GAFAM, nous tenterons de mettre en avant des alternatives aux services les plus couramment utilisés.

Google


Premier consommateur de données personnelles au monde, le cœur de métier de Google – détenu par la holding Alphabet – consiste à connaître au mieux les utilisateurs afin de cibler précisément les publicités qui les intéressent. Les espaces publicitaires ainsi ciblés sont ensuite mis aux enchères et revendus au plus offrant. Tous les services qui encadrent Google servent ainsi uniquement à récolter ces données personnelles dans un objectif commercial qui, notamment, alimente la mondialisation de la consommation telle que nous la connaissons.

Dans un premier temps, si on souhaite naviguer plus librement sur le web, il est nécessaire de bien choisir son navigateur web.

Le navigateur


En mai 2018, le navigateur internet de Google détient à lui seul près de 66 % des parts de marché contre 11 % pour son concurrent open source Mozilla Firefox. Disponible pour presque tous les opérateurs systèmes (Windows, Mac OS, Android, Linux …) le navigateur web de la Mozilla Foundation se montre plus performant que son concurrent et moins consommateur en ressources et en copie de données personnelles. Le changement de navigateur est vraiment rapide et simple avec la possibilité d’importer ses préférences de navigation depuis Google Chrome après installation. Firefox permet également de synchroniser ses navigateurs grâce à un compte utilisateur sur plusieurs appareils. Ce qui fait la richesse de Firefox, c’est également ses nombreux thèmes et extensions gratuits créés par la communauté.




Autres alternatives possibles : Brave, un navigateur internet open-source conçu avec un bloqueur de publicités intégré. Tor Browser, un navigateur également libre surtout centré sur l’anonymat. Attention aux navigateurs open source venant de Google tel que Chromium et ses dérivés, formes de « social-washing » numérique, ils ne respecteront pas aussi bien votre vie privée que d’autres alternatives.

Le moteur de recherche


Et pour changer de moteur de recherche ? Rien de plus simple. Il suffit de modifier les paramètres de son navigateur web et de sélectionner ou d’ajouter son nouveau moteur de recherche, mais lequel choisir ?

DuckDuckGo : pour naviguer de manière sure. Avec une interface proche de Google, ce moteur de recherche fonctionne sans publicité et respecte la vie privée de ses utilisateurs.




Qwant : une alternative française respectueuse de la vie privée. Lancé début 2013, le navigateur n’utilise aucun dispositif de traçage des utilisateurs ni aucun cookie. Il ne conserve également aucun historique de recherche.

Lilo : pour ceux qui veulent soutenir des projets sociaux et environnementaux. Lilo reverse 50 % de son chiffre d’affaires aux projets soutenus par les utilisateurs. Il n’est donc pas strictement sans publicité mais « détourne » ses revenus à des causes jugées utiles.




Ecosia : pour les amoureux des arbres. L’objectif d’Ecosia est simple, planter 1 milliard d’arbres grâce aux revenus générés par son moteur de recherche. À l’heure actuelle c’est plus de 60 millions d’arbres plantés grâce aux recherches sur Ecosia. Chaque mois, le navigateur publie son rapport financier et les reçus des plantations d’arbres dans une logique de transparence.

La boîte mail


ProtonMail: une messagerie moderne et sécurisée. En plus d’être open source et encryptée, ce fournisseur de service mail situé en Suisse, et qui bénéficie donc de son cadre légal, dispose également d’une application Android et iOS pour faciliter la gestion de sa boîte mail sur téléphone. Accessible dans de nombreuses langues, il propose également des solutions pour les entreprises et les professionnels.

Tutanota: une boîte mail accessible et sécurisée. Comme ProtonMail, Tutanota est open source, sécurisé et dispose également d’applications sur téléphone, une nécessité aujourd’hui.

Il apparaît important de citer ici également l’association lyonnaise Framasoft qui, au travers de son projet « Dégooglisez votre internet » et de ses 32 services open source proposés, permet de remplacer presque intégralement l’écosystème Google. L’association a pour but premier de faire le lien entre l’univers du libre et du grand public grâce à leurs actions d’éducation populaire.

Facebook


Le souci avec les réseaux sociaux, c’est que nous sommes généralement très contents – sur l’instant – de leur donner nos informations personnelles pour pouvoir être retrouvés plus facilement par nos amis, ou tout simplement pour raconter notre vie quotidienne. Facebook l’a bien compris et est le champion de l’utilisation peu scrupuleuse des données utilisateurs. Pour le groupe, l’année 2018 a été marquée par le scandale Cambridge Analytica lors duquel nous avons appris que plus de 50 millions d’utilisateurs avaient été ciblés par des publications politiques pouvant orienter leurs votes, violant ainsi les conditions d’utilisations du réseau social.




Avec ses quelque 2,38 milliards d’utilisateurs mensuels, le groupe privé peut se vanter d’avoir une réelle influence sur nos façons de penser et sur notre morale en imposant ses choix à l’échelle mondiale aux utilisateurs captifs (difficile de changer de réseau social quand tous nos amis sont sur Facebook). Le phénomène est tel que le Sénat et le Congrès étasunien ont décidé de mettre leurs nez dans la question et d’auditionner régulièrement Mark Zuckerberg sur ces pratiques.

– Le but de laDiaspora Foundation est de créer un réseau social open source et respectueux de la vie privée des utilisateurs. Les données des utilisateurs sont stockées sur un des « pods » choisis par l’utilisateur lors de sa première connexion, au lieu d’un grand serveur central appartenant à une entreprise et regroupant les données de tous. Diaspora permet de créer son profil, d’actualiser son statut et d’échanger des messages avec ses amis, tout en échangeant photos, vidéos et autres documents. (Mr Mondialisation héberge et alimente son propre Pod diaspora #Mondiaspora).

Mastodon quant à lui est plus proche d’un client Twitter. On y poste des statuts courts tout en suivant de nombreux profils. Le projet n’est pas financé par la publicité, mais par des dons sur Patreon.

– Citons enfin MeWe, un réseau social très proche visuellement de Facebook et particulièrement facile d’utilisation. Tout comme le géant américain, MeWe propose un système de groupes et de pages pour les entreprises et associations. Présenté comme la prochaine génération du réseau social, son modèle économique ne repose ni sur la récolte de données privées ni sur la publicité. C’est pour l’instant un candidat idéal, tant graphiquement qu’en terme d’utilisation, pour contrer le géant Facebook. (Mr Mondialisation compte s’y installer prochainement pour une phase de test).



Apple et Microsoft


Ne nous en cachons pas. Poser la question des alternatives à Apple et Microsoft revient à s’attaquer à un gros morceau de l’histoire de l’informatique et des technologies. Au cours des dernières décennies, les deux entreprises ont fait couler beaucoup d’encre lors de grandes affaires publiques : abus de position dominante, vente forcée, mépris des usagers. Malgré cela, elles n’en restent pas moins leaders dans leurs domaines respectifs.

Se passer de la suite Microsoft Office (Word, Excel, PowerPoint….) :


Disponibles sur tous les opérateurs systèmes LibreOffice de la Document Foundation et Apache OpenOffice sont deux suites de bureautiques gratuites et open source capables de répondre aux besoins des professionnels comme des particuliers. L’utilisateur y retrouvera toutes les fonctionnalités du pack Microsoft Office : feuilles de calcul, présentations avec slides, traitement de texte, modificateurs d’images, etc. Documentations et tutoriels sont accessibles sur les sites web respectifs des logiciels. Contrairement aux croyances, ces solutions offrent une vaste gamme de comptabilités pour la lecture et l’enregistrement des documents.

Remplacer Windows ou macOS en choisissant son opérateur système (OS) :


Le mouvement du libre a fait ses armes au commencement de l’informatique individuelle avec la création d’un opérateur système libre combinant les travaux des équipes de Richard Stallman et Linus Torval : « GNU/Linux », renommé par simplicité Linux. Le fait que Linux soit open source permet à tous les utilisateurs de proposer leur version de l’OS, on appelle cela une distribution ou « distro ». Au fil des ans, des groupes de développeurs se sont formés afin de mettre à disposition des utilisateurs les distros les plus simples, optimisées possibles. Grâce au travail des développeurs, Linux est aujourd’hui accessible aux personnes ayant peu de connaissances en informatique. De plus, les distributions Linux ne connaissent pas de réelles menaces informatiques (virus ou autres malwares), car elles ne sont pas ciblées par les pirates.




Tout le monde n’étant pas à l’aise avec l’informatique ou ne voulant pas s’embêter avec l’installation d’un nouvel OS nous proposerons ici des distributions qu’il est possible d’acheter préinstallées sur un nouvel ordinateur. Nous nous concentrerons également sur les distributions simples d’accès pour un nouvel utilisateur. Les professionnels sont invités à approfondir leurs recherches.

Linux Mint

Avec son interface proche de Windows, Linux Mint espère séduire les utilisateurs en transition vers Linux. La distribution est légère, peu consommatrice en ressource et très facile à prendre en main. Un must pour débuter dans le monde du libre.

Ubuntu

Ubuntu est probablement une des distributions les plus connues. Très simple d’installation, elle propose une bonne expérience utilisateur pour les néophytes.

Pop!_OS

Pop!_OS de system76 (basée sur Ubuntu) est la preuve incarnée qu’il est possible de proposer une distribution Linux très accessible aux nouveaux utilisateurs, performante, et design. System76 propose également toute une gamme d’ordinateur incluant Pop!_Os ou Ubuntu à l’installation.




– Et bien d’autres encore …

Si le sujet vous intéresse, nous vous invitons à découvrir par vous-même les nombreuses distributions Linux afin de choisir celle qui vous convient le mieux. Vous découvrirez au cours de vos recherches de nombreuses communautés d’utilisateurs, riches en documentations, tutoriels et solutions concrètes pour vos besoins. On trouve par exemple des distributions très légères pour faire fonctionner d’anciens ordinateurs ralentis par des OS trop lourds (ex : les netbooks ou notebooks que les étudiants utilisent pour du traitement de texte), d’autres sont plus adaptées pour les mordus de jeux vidéo, etc. Bref, le web grouille de solutions libres pour les curieux et amoureux d’informatique.

Amazon


Quelles solutions s’offrent à nous lorsqu’on souhaite se passer du géant de la marketplace aux pratiques concurrentielles néfastes et peu soucieuses des questions environnementales ?

Contrairement aux sujets précédents, nous ne pourrons bien évidemment pas proposer une alternative strictement libre ou « open source » à Amazon. Choisir d’acheter sur Amazon, c’est avant tout préféré la simplicité du service que l’entreprise offre grâce à sa position dominante sur le marché tout en fermant les yeux sur les nombreuses dérives sociales et écologiques que leur modèle génère. Symptomatique de notre société, le mode de fonctionnement « Amazon » écrase les vendeurs, producteurs et livreurs en rendant cette souffrance invisible aux yeux du consommateur qui peut donc simplement se satisfaire de cet immense catalogue de produits du bout d’un clic, sans se soucier du reste.


Crédit : Victor Svensson
Des alternatives plus éthiques à Amazon existent déjà, mais bien d’autres restent à inventer. Lalibrairie.com est, par exemple, un librairie en ligne qui fédère 2500 libraires locaux et référence 350 000 ouvrages. L’alternative se définit comme la librairie en ligne qui défend les libraires indépendants et donc une économie locale du livre… Et pourquoi pas, tout simplement, se rendre dans une librairie indépendante ? En matière de mode éthique, durable, locale et/ou biologique, une simple recherche dans une moteur de recherche open source offre une bel aperçu des nombreuses solutions disponibles pour s’habiller plus respectueusement.

Conclusion


Pour la philosophie du Libre, remettre l’utilisateur ou le consommateur au cœur de la démarche de création en mettant à sa disposition les connaissances nécessaires permet ainsi l’émergence de solutions insoupçonnées et plus démocratiques. Si les consommateurs ne sont pas satisfaits des services proposés, et face au manque de courage politique pour des changements structurels, les changements peuvent alors se faire par le bas grâce au boycott ou en proposant/soutenant des alternatives.

Malgré le temps d’adaptation au changement de nos habitudes, l’expérience du Libre nous montre que si d’autres solutions existent, elles nécessitent cependant un investissement de la part des utilisateurs en temps et en courage pour sortir de cette zone de confort. Dans le contexte actuel de prise de conscience de l’impact de nos modes de consommation, nous avons peut-être intérêt à nous inspirer de la philosophie des logiciels libres pour nous réapproprier nos appareils technologiques et poser les bases d’une société plus émancipatrice, sur le web comme dans le monde réel…



Sources : lesechos.fr / wikileaksactu.wordpress.com / journaldunet.com / theguardian.com

#gafam #informatique #internet #libre #technologie
Cet article est disponible ici: https://mrmondialisation.org/vivre-sans-google-et-cie-la-liste-des-alternatives-aux-gafam/
Vivre sans Google et cie ? La liste des alternatives aux GAFAM
Mr Mondialisation
2 weeks ago from WP to diaspora*
Vivre sans Google et cie ? La liste des alternatives aux GAFAM

Les GAFAM – ces mastodontes du web – sont régulièrement sont le feu des critiques. Contrôle du marché de l’information et de la publicité en ligne, revente des données personnelles, pouvoir économique mondial hors norme, influence de la démocratie via des lobbies surpuissants, les motifs de se méfier de ces géants ne manquent pas. Difficile pourtant de s’en défaire une bonne fois pour toute tant ils sont partout dans notre univers numérique. Néanmoins, voici quelques pistes pour les remplacer au quotidien.

Derrière l’acronyme un peu barbare de GAFAM se cachent 5 groupes tentaculaires travaillant sur les nouvelles technologies de l’information et de la communication : Google, Amazon, Facebook, Apple et Microsoft. Ces géants connus de tous et aux croissances folles sont aujourd’hui les leaders en matière de capitalisations boursières au prix de pratiques parfois – souvent – moralement douteuses. Au cœur des scandales, entre l’intrusion massive dans la vie privée des utilisateurs et la gestion peu scrupuleuse de leurs données personnelles, nous retrouvons également des collusions avec certains gouvernements comme ont pu le démontrer les lanceurs d’alerte de Wikileaks ou Edward Snowden. Une hégémonie quasi totale qui n’est pas signe de bonne santé pour nos démocraties déjà fragilisées.




Une autre vision du Web et de l’informatique

Depuis les débuts de l’informatique, un autre modèle s’organise en marge des logiques marchandes et liberticides grâce aux acteurs – ou hackteurs – des « free softwares » ou logiciels libres. De manière générale, ces logiciels peuvent être redistribués librement (gratuitement dans la majeure partie des cas, même si ce n’est pas obligatoire) et l’utilisateur peut avoir accès à leurs codes sources pour customiser et améliorer son expérience et celles des autres utilisateurs.

La plupart des logiciels ou services distribués sous licence libre sont développés de manière coopérative par leur communauté, permettant ainsi de répondre de manière efficace aux besoins des utilisateurs et de corriger un grand nombre de bugs. Bien moins avides en données personnelles, car non-financés par la publicité, ils peuvent s’avérer de bonnes alternatives aux services proposés par les GAFAM et se révèlent parfois même plus performants. VLC Media Player par exemple est un des seuls logiciels grand public permettant de lire, convertir et télécharger des fichiers audio et vidéo dans tous les formats existants.


Crédit : Anybox. Lire « Pourquoi l’open source »
Pour Richard Stallman, pionnier de la philosophie du Libre, ce mouvement veut poser les fondations d’une nouvelle société où les idées et la culture s’échangent librement. C’est à dire, sans soumission à une logique strictement commerciale qui oriente les actes des producteurs de contenus. L’objectif est de permettre à tout le monde de s’épanouir sans entrave, en favorisant la compréhension de la technologie et l’utilisation du matériel informatique tout en limitant le gaspillage et l’obsolescence. Bâtie sur ce modèle, la fondation Wikipédia, quotidiennement enrichie par les contributions de ses utilisateurs, en reste le meilleur exemple.

Des alternatives concrètes aux GAFAM pour se réapproprier son ordinateur et la navigation web

Dans la mesure du possible, nous tâcherons de proposer ici quelques solutions libres, open-source et respectueuses de la vie privée des utilisateurs, sans prétendre que celles-ci soient qualitativement supérieures. Si nous ne pouvons pas traiter en un seul article tous les services proposés par les GAFAM, nous tenterons de mettre en avant des alternatives aux services les plus couramment utilisés.

Google


Premier consommateur de données personnelles au monde, le cœur de métier de Google – détenu par la holding Alphabet – consiste à connaître au mieux les utilisateurs afin de cibler précisément les publicités qui les intéressent. Les espaces publicitaires ainsi ciblés sont ensuite mis aux enchères et revendus au plus offrant. Tous les services qui encadrent Google servent ainsi uniquement à récolter ces données personnelles dans un objectif commercial qui, notamment, alimente la mondialisation de la consommation telle que nous la connaissons.

Dans un premier temps, si on souhaite naviguer plus librement sur le web, il est nécessaire de bien choisir son navigateur web.

Le navigateur


En mai 2018, le navigateur internet de Google détient à lui seul près de 66 % des parts de marché contre 11 % pour son concurrent open source Mozilla Firefox. Disponible pour presque tous les opérateurs systèmes (Windows, Mac OS, Android, Linux …) le navigateur web de la Mozilla Foundation se montre plus performant que son concurrent et moins consommateur en ressources et en copie de données personnelles. Le changement de navigateur est vraiment rapide et simple avec la possibilité d’importer ses préférences de navigation depuis Google Chrome après installation. Firefox permet également de synchroniser ses navigateurs grâce à un compte utilisateur sur plusieurs appareils. Ce qui fait la richesse de Firefox, c’est également ses nombreux thèmes et extensions gratuits créés par la communauté.




Autres alternatives possibles : Brave, un navigateur internet open-source conçu avec un bloqueur de publicités intégré. Tor Browser, un navigateur également libre surtout centré sur l’anonymat. Attention aux navigateurs open source venant de Google tel que Chromium et ses dérivés, formes de « social-washing » numérique, ils ne respecteront pas aussi bien votre vie privée que d’autres alternatives.

Le moteur de recherche


Et pour changer de moteur de recherche ? Rien de plus simple. Il suffit de modifier les paramètres de son navigateur web et de sélectionner ou d’ajouter son nouveau moteur de recherche, mais lequel choisir ?

DuckDuckGo : pour naviguer de manière sure. Avec une interface proche de Google, ce moteur de recherche fonctionne sans publicité et respecte la vie privée de ses utilisateurs.




Qwant : une alternative française respectueuse de la vie privée. Lancé début 2013, le navigateur n’utilise aucun dispositif de traçage des utilisateurs ni aucun cookie. Il ne conserve également aucun historique de recherche.

Lilo : pour ceux qui veulent soutenir des projets sociaux et environnementaux. Lilo reverse 50 % de son chiffre d’affaires aux projets soutenus par les utilisateurs. Il n’est donc pas strictement sans publicité mais « détourne » ses revenus à des causes jugées utiles.




Ecosia : pour les amoureux des arbres. L’objectif d’Ecosia est simple, planter 1 milliard d’arbres grâce aux revenus générés par son moteur de recherche. À l’heure actuelle c’est plus de 60 millions d’arbres plantés grâce aux recherches sur Ecosia. Chaque mois, le navigateur publie son rapport financier et les reçus des plantations d’arbres dans une logique de transparence.

La boîte mail


ProtonMail: une messagerie moderne et sécurisée. En plus d’être open source et encryptée, ce fournisseur de service mail situé en Suisse, et qui bénéficie donc de son cadre légal, dispose également d’une application Android et iOS pour faciliter la gestion de sa boîte mail sur téléphone. Accessible dans de nombreuses langues, il propose également des solutions pour les entreprises et les professionnels.

Tutanota: une boîte mail accessible et sécurisée. Comme ProtonMail, Tutanota est open source, sécurisé et dispose également d’applications sur téléphone, une nécessité aujourd’hui.

Il apparaît important de citer ici également l’association lyonnaise Framasoft qui, au travers de son projet « Dégooglisez votre internet » et de ses 32 services open source proposés, permet de remplacer presque intégralement l’écosystème Google. L’association a pour but premier de faire le lien entre l’univers du libre et du grand public grâce à leurs actions d’éducation populaire.

Facebook


Le souci avec les réseaux sociaux, c’est que nous sommes généralement très contents – sur l’instant – de leur donner nos informations personnelles pour pouvoir être retrouvés plus facilement par nos amis, ou tout simplement pour raconter notre vie quotidienne. Facebook l’a bien compris et est le champion de l’utilisation peu scrupuleuse des données utilisateurs. Pour le groupe, l’année 2018 a été marquée par le scandale Cambridge Analytica lors duquel nous avons appris que plus de 50 millions d’utilisateurs avaient été ciblés par des publications politiques pouvant orienter leurs votes, violant ainsi les conditions d’utilisations du réseau social.




Avec ses quelque 2,38 milliards d’utilisateurs mensuels, le groupe privé peut se vanter d’avoir une réelle influence sur nos façons de penser et sur notre morale en imposant ses choix à l’échelle mondiale aux utilisateurs captifs (difficile de changer de réseau social quand tous nos amis sont sur Facebook). Le phénomène est tel que le Sénat et le Congrès étasunien ont décidé de mettre leurs nez dans la question et d’auditionner régulièrement Mark Zuckerberg sur ces pratiques.

– Le but de laDiaspora Foundation est de créer un réseau social open source et respectueux de la vie privée des utilisateurs. Les données des utilisateurs sont stockées sur un des « pods » choisis par l’utilisateur lors de sa première connexion, au lieu d’un grand serveur central appartenant à une entreprise et regroupant les données de tous. Diaspora permet de créer son profil, d’actualiser son statut et d’échanger des messages avec ses amis, tout en échangeant photos, vidéos et autres documents. (Mr Mondialisation héberge et alimente son propre Pod diaspora #Mondiaspora).

Mastodon quant à lui est plus proche d’un client Twitter. On y poste des statuts courts tout en suivant de nombreux profils. Le projet n’est pas financé par la publicité, mais par des dons sur Patreon.

– Citons enfin MeWe, un réseau social très proche visuellement de Facebook et particulièrement facile d’utilisation. Tout comme le géant américain, MeWe propose un système de groupes et de pages pour les entreprises et associations. Présenté comme la prochaine génération du réseau social, son modèle économique ne repose ni sur la récolte de données privées ni sur la publicité. C’est pour l’instant un candidat idéal, tant graphiquement qu’en terme d’utilisation, pour contrer le géant Facebook. (Mr Mondialisation compte s’y installer prochainement pour une phase de test).



Apple et Microsoft


Ne nous en cachons pas. Poser la question des alternatives à Apple et Microsoft revient à s’attaquer à un gros morceau de l’histoire de l’informatique et des technologies. Au cours des dernières décennies, les deux entreprises ont fait couler beaucoup d’encre lors de grandes affaires publiques : abus de position dominante, vente forcée, mépris des usagers. Malgré cela, elles n’en restent pas moins leaders dans leurs domaines respectifs.

Se passer de la suite Microsoft Office (Word, Excel, PowerPoint….) :


Disponibles sur tous les opérateurs systèmes LibreOffice de la Document Foundation et Apache OpenOffice sont deux suites de bureautiques gratuites et open source capables de répondre aux besoins des professionnels comme des particuliers. L’utilisateur y retrouvera toutes les fonctionnalités du pack Microsoft Office : feuilles de calcul, présentations avec slides, traitement de texte, modificateurs d’images, etc. Documentations et tutoriels sont accessibles sur les sites web respectifs des logiciels. Contrairement aux croyances, ces solutions offrent une vaste gamme de comptabilités pour la lecture et l’enregistrement des documents.

Remplacer Windows ou macOS en choisissant son opérateur système (OS) :


Le mouvement du libre a fait ses armes au commencement de l’informatique individuelle avec la création d’un opérateur système libre combinant les travaux des équipes de Richard Stallman et Linus Torval : « GNU/Linux », renommé par simplicité Linux. Le fait que Linux soit open source permet à tous les utilisateurs de proposer leur version de l’OS, on appelle cela une distribution ou « distro ». Au fil des ans, des groupes de développeurs se sont formés afin de mettre à disposition des utilisateurs les distros les plus simples, optimisées possibles. Grâce au travail des développeurs, Linux est aujourd’hui accessible aux personnes ayant peu de connaissances en informatique. De plus, les distributions Linux ne connaissent pas de réelles menaces informatiques (virus ou autres malwares), car elles ne sont pas ciblées par les pirates.




Tout le monde n’étant pas à l’aise avec l’informatique ou ne voulant pas s’embêter avec l’installation d’un nouvel OS nous proposerons ici des distributions qu’il est possible d’acheter préinstallées sur un nouvel ordinateur. Nous nous concentrerons également sur les distributions simples d’accès pour un nouvel utilisateur. Les professionnels sont invités à approfondir leurs recherches.

Linux Mint

Avec son interface proche de Windows, Linux Mint espère séduire les utilisateurs en transition vers Linux. La distribution est légère, peu consommatrice en ressource et très facile à prendre en main. Un must pour débuter dans le monde du libre.

Ubuntu

Ubuntu est probablement une des distributions les plus connues. Très simple d’installation, elle propose une bonne expérience utilisateur pour les néophytes.

Pop!_OS

Pop!_OS de system76 (basée sur Ubuntu) est la preuve incarnée qu’il est possible de proposer une distribution Linux très accessible aux nouveaux utilisateurs, performante, et design. System76 propose également toute une gamme d’ordinateur incluant Pop!_Os ou Ubuntu à l’installation.




– Et bien d’autres encore …

Si le sujet vous intéresse, nous vous invitons à découvrir par vous-même les nombreuses distributions Linux afin de choisir celle qui vous convient le mieux. Vous découvrirez au cours de vos recherches de nombreuses communautés d’utilisateurs, riches en documentations, tutoriels et solutions concrètes pour vos besoins. On trouve par exemple des distributions très légères pour faire fonctionner d’anciens ordinateurs ralentis par des OS trop lourds (ex : les netbooks ou notebooks que les étudiants utilisent pour du traitement de texte), d’autres sont plus adaptées pour les mordus de jeux vidéo, etc. Bref, le web grouille de solutions libres pour les curieux et amoureux d’informatique.

Amazon


Quelles solutions s’offrent à nous lorsqu’on souhaite se passer du géant de la marketplace aux pratiques concurrentielles néfastes et peu soucieuses des questions environnementales ?

Contrairement aux sujets précédents, nous ne pourrons bien évidemment pas proposer une alternative strictement libre ou « open source » à Amazon. Choisir d’acheter sur Amazon, c’est avant tout préféré la simplicité du service que l’entreprise offre grâce à sa position dominante sur le marché tout en fermant les yeux sur les nombreuses dérives sociales et écologiques que leur modèle génère. Symptomatique de notre société, le mode de fonctionnement « Amazon » écrase les vendeurs, producteurs et livreurs en rendant cette souffrance invisible aux yeux du consommateur qui peut donc simplement se satisfaire de cet immense catalogue de produits du bout d’un clic, sans se soucier du reste.


Crédit : Victor Svensson
Des alternatives plus éthiques à Amazon existent déjà, mais bien d’autres restent à inventer. Lalibrairie.com est, par exemple, un librairie en ligne qui fédère 2500 libraires locaux et référence 350 000 ouvrages. L’alternative se définit comme la librairie en ligne qui défend les libraires indépendants et donc une économie locale du livre… Et pourquoi pas, tout simplement, se rendre dans une librairie indépendante ? En matière de mode éthique, durable, locale et/ou biologique, une simple recherche dans une moteur de recherche open source offre une bel aperçu des nombreuses solutions disponibles pour s’habiller plus respectueusement.

Conclusion


Pour la philosophie du Libre, remettre l’utilisateur ou le consommateur au cœur de la démarche de création en mettant à sa disposition les connaissances nécessaires permet ainsi l’émergence de solutions insoupçonnées et plus démocratiques. Si les consommateurs ne sont pas satisfaits des services proposés, et face au manque de courage politique pour des changements structurels, les changements peuvent alors se faire par le bas grâce au boycott ou en proposant/soutenant des alternatives.

Malgré le temps d’adaptation au changement de nos habitudes, l’expérience du Libre nous montre que si d’autres solutions existent, elles nécessitent cependant un investissement de la part des utilisateurs en temps et en courage pour sortir de cette zone de confort. Dans le contexte actuel de prise de conscience de l’impact de nos modes de consommation, nous avons peut-être intérêt à nous inspirer de la philosophie des logiciels libres pour nous réapproprier nos appareils technologiques et poser les bases d’une société plus émancipatrice, sur le web comme dans le monde réel…



Sources : lesechos.fr / wikileaksactu.wordpress.com / journaldunet.com / theguardian.com

#gafam #informatique #internet #libre #technologie
Cet article est disponible ici: https://mrmondialisation.org/vivre-sans-google-et-cie-la-liste-des-alternatives-aux-gafam/
Vivre sans Google et cie ? La liste des alternatives aux GAFAM
Code Lutin
1 month ago
On a pas les moyens de racheter Github mais on peut quand même aider le #Libre. En 2019, Code Lutin reverse 10 000 € à la communauté. Candidatez via https://framaclic.org/h/mecenatcodelutin2019 #MécénatCodeLutin
Quentin
3 weeks ago
I'm #degooglelise, here is the state:

- Google search --> Duckduckgo
- Gmail --> Migration to Protonmail
- Drive --> Disroot, and ready to make my own instance !
- Android --> Nothing found
- Play Store --> F-droid
- Chrome --> Firefox
- Maps --> Nothing found (GPS)
- Contacts --> Nextcloud ! (See drive point before)
- Notes --> Nextcloud
- Tasks --> Nextcloud
- Feedly --> Nextcloud
- Pocket --> Framabag (before my own instance of wallabag)

#english #google #opensource #free #libre
Squeeek GPS
2 weeks ago from WP to diaspora*
3 questions à Marie-Cécile Godwin Paccard de la #TeamMobilizon

Marie-Cécile Godwin Paccard est designer indépendante et chercheuse UX. Elle accompagne des personnes et des organisations dans la définition de leurs fondamentaux et objectifs, en apportant un regard systémique. Elle s'occupe de comprendre les usages en profondeur et de concevoir des outils[...]

#framablog #framasoft #Libre #free
Cet article est disponible ici: https://framablog.org/2019/07/03/3-questions-a-marie-cecile-godwin-paccard-de-la-teammobilizon/
3 questions à Marie-Cécile Godwin Paccard de la #TeamMobilizon
Framasoft
2 weeks ago from WP to diaspora*
3 questions à Marie-Cécile Godwin Paccard de la #TeamMobilizon

Marie-Cécile Godwin Paccard est designer indépendante et chercheuse UX. Elle accompagne des personnes et des organisations dans la définition de leurs fondamentaux et objectifs, en apportant un regard systémique. Elle s'occupe de comprendre les usages en profondeur et de concevoir des outils[...]

#framablog #framasoft #Libre #free
Cet article est disponible ici: https://framablog.org/2019/07/03/3-questions-a-marie-cecile-godwin-paccard-de-la-teammobilizon/
3 questions à Marie-Cécile Godwin Paccard de la #TeamMobilizon
isAAAc
3 weeks ago

Nouveautés LibraZiK pour les semaines 24, 25 et 26 de 2019


#art #art libre #artiste #artlibre #cc-by-sa #chanson #copyleft #creative-commons #creative commons #creativecommons #culture #culture-libre #culture libre #culturelibre #debian #francophone #français #french #gnu #gnu-linux #gnulinux #gpl #informatique-musicale #informatique musicale #informatiquemusicale #librazik #libre #libre-art #linux #linux-mao #linux mao #linuxaudio #linuxmao #logiciel-libre #logiciel libre #logiciellibre #mao #mao-linux #mao linux #maolinux #musicien #musiciens #musique #musique-libre #musique libre #numerique #productionmusicale

Salut Les ZiKos,

Voici les nouveautés dans LibraZiK-2 pour ces trois dernières semaines. Au programme, presque trente nouveaux logiciels, plusieurs dizaines de logiciels mis à jour, et d'autres fioritures. Si vous êtes curieux, il suffit de lire la suite de ce billet !

Nouveaux logiciels Les nouveaux logiciels qui entrent dans LibraZiK-2 lors de cette publication : DragonFly Room Reverb, une réverbération de type "Room" MatrixMixer, un mixeur matriciel (un x42-plugins) Spectr, un analyseur de spectre (un x42-plugins également) 25 nouveaux émulateurs de pédales/amplis/... pour guitare (des gxplugins)... Lire Nouveautés LibraZiK pour les semaines 24, 25 et 26 de 2019
LibraZiK
3 weeks ago

Nouveautés LibraZiK pour les semaines 24, 25 et 26 de 2019


#art #art libre #artiste #artlibre #cc-by-sa #chanson #copyleft #creative-commons #creative commons #creativecommons #culture #culture-libre #culture libre #culturelibre #debian #francophone #français #french #gnu #gnu-linux #gnulinux #gpl #informatique-musicale #informatique musicale #informatiquemusicale #librazik #libre #libre-art #linux #linux-mao #linux mao #linuxaudio #linuxmao #logiciel-libre #logiciel libre #logiciellibre #mao #mao-linux #mao linux #maolinux #musicien #musiciens #musique #musique-libre #musique libre #numerique #productionmusicale

Salut Les ZiKos,

Voici les nouveautés dans LibraZiK-2 pour ces trois dernières semaines. Au programme, presque trente nouveaux logiciels, plusieurs dizaines de logiciels mis à jour, et d'autres fioritures. Si vous êtes curieux, il suffit de lire la suite de ce billet !

Nouveaux logiciels Les nouveaux logiciels qui entrent dans LibraZiK-2 lors de cette publication : DragonFly Room Reverb, une réverbération de type "Room" MatrixMixer, un mixeur matriciel (un x42-plugins) Spectr, un analyseur de spectre (un x42-plugins également) 25 nouveaux émulateurs de pédales/amplis/... pour guitare (des gxplugins)... Lire Nouveautés LibraZiK pour les semaines 24, 25 et 26 de 2019
Framasoft
3 weeks ago
Image/Photo
Khrys’presso du lundi 1er juillet 2019
Comme chaque lundi, un coup d’œil dans le rétroviseur pour découvrir les informations que vous avez peut-être ratées la semaine dernière.
https://framablog.org/2019/07/01/khryspresso-du-lundi-1er-juillet-2019/
#framablog #framasoft #Libre #free
YvaD
3 weeks ago from feedDiasp*

DIFFUser bientôt vos articles dans le Fediverse ?



Chaque mois le Fediverse s’enrichit de nouveaux projets, probablement
parce nous désirons toujours plus de maîtrise de notre vie
numérique.

Décentralisé et fédéré, ce réseau en archipel s’articule autour de
briques technologiques qui permettent à ses composantes diverses de
communiquer. Au point qu’à chaque rumeur de projet nouveau dans le monde
du Libre la question est vite posée de savoir s’il sera « fédéré » et
donc relié à d’autres projets.

Si vous désirez approfondir vos connaissances au plan
technique

et au plan de la
réflexion

sur la fédération, vous trouverez matière à vous enrichir dans les deux
mémoires de Nathalie, stagiaire chez Framasoft l’année dernière.

Aujourd’hui, alors que l’idée de publier sur un blog semble en perte de
vitesse, apparaît un nouvel intérêt pour la publication d’articles sur
des plateformes libres et fédérées, comme Plume
et WriteFreely. Maîtriser ses publications
sans traqueurs ni publicités parasites, sans avoir à se plier aux
injonctions des GAFAM pour se connecter et publier, sans avoir à brader
ses données personnelles pour avoir un espace numérique d’expression,
tout en étant diffusé dans un réseau de confiance et pouvoir interagir
avec lui, voilà dans quelle mouvance se situe le projet DIFFU auquel
nous vous invitons à contribuer et que vous présente l’interviewé du
jour…

Bonjour, peux-tu te présenter, ainsi que tes activités ?

[![image du profil mastodon de JP Morfin, une meute de chats en arrière-plan de sa photo noir et blanc en médaillon](https://framablog.org/wp-content/uploads/2019/06/Screenshot_2019-06-29-Jean-Pierre-Morfin-Cholat-2-jpfox-m-g3l-org.png)](https://framablog.org/wp-content/uploads/2019/06/Screenshot_2019-06-29-Jean-Pierre-Morfin-Cholat-2-jpfox-m-g3l-org.png) *Jean-Pierre et une partie de l’équipe de développement en arrière-plan*

Bonjour Framasoft. Je m’appelle Jean-Pierre Morfin, on me connaît aussi
sur les réseaux sociaux et dans le monde du libre sous le pseudo jpfox.
J’ai 46 ans, je vis avec ma tribu familiale recomposée dans un village
ardéchois où je pratique un peu (pas assez) le vélo. Informaticien
depuis mon enfance, je suis membre du GULL G3L basé à
Valence, où je gère avec d’autres l’activité
C.H.A.T.O.N.S qui propose plusieurs services
comme Mastodon, Diaspora, TT-Rss, boite mail, owncloud…

Passionnés par le libre, Michaël, un ami de longue date et moi-même
avons créé en 2010 ce qui s’appelle désormais une Entreprise du
Numérique Libre nommée Befox qui propose ses
services aux TPE/PME dans la Drôme et l’Ardèche principalement :
réalisation de sites à base de solutions libres comme Prestashop, Drupal
ou autres, installation Dolibarr et interconnexion entre différents
logiciels ou plateformes, hébergement applicatif, évolutions chez nos
fidèles clients constituent l’essentiel de notre activité.

Et donc, vous voulez vous lancer dans le développement d’un nouveau
logiciel fédéré, « Diffu ». Pourquoi ?


Tout d’abord nous avons ressenti tous les deux le besoin de retourner
aux fondamentaux du Libre, et quoi de plus fondamental que le
développement d’un logiciel ? Lors de nos divagations sur le Fédiverse,
les remarques récurrentes qu’on y trouve
ici
ou
contre
l’utilisation de Medium, nous ont fait penser qu’une alternative pouvait
être intéressante. De plus, l’ouverture d’un compte Medium se fait
nécessairement avec un compte Facebook ou Google, c’est leur façon
d’authentifier un utilisateur ; en bons adeptes de la dégafamisation,
c’est une raison de plus de créer une alternative à cette plateforme.

Voyant le succès et tout le potentiel de La
Fédération
, il fallait que cette nouvelle
solution entre de ce cadre-là, car recréer une plateforme unique de
publication ou un nouveau moteur de blog avec une gestion interne des
commentaires ne présente aucun intérêt. Avec Diffu, la publication d’un
article sur une des instances du réseau sera poussée sur le Fédiverse et
les commentaires et réactions faits sur Mastodon, Pleroma, Hubzilla ou
autre… seront agrégés pour être restitués directement sur la page de
l’article. J’invite les lecteurs à jeter un œil à la maquette que nous
avons réalisée
pour se faire une idée,
elle n’est pas fonctionnelle car cela reste encore un projet.

Image/Photo

Quant au nom Diffu, on lui trouve deux sens : abréviation de
Diffusion, ce qui reste l’objectif d’une plateforme de publication
d’articles. Et dans sa prononciation à l’anglaise Diff You qui peut se
comprendre Differentiate yourself – Différenciez vous ! C’est un peu
ce que l’on fait lorsqu’on livre son avis, son expertise, ses opinions
ou ses pensées dans un article.

Il existe déjà des logiciels fédérés de publication, tels que Plume
ou WriteFreely. Quelles différences entre Diffu et ces projets ?


Absolument, ces deux applications libres, elles aussi, proposent de
nombreux points de similitude avec Diffu notamment dans l’interconnexion
avec le Fediverse et la possibilité de réagir aux articles avec un
simple compte compatible avec ActivityPub.

[![](https://framablog.org/wp-content/uploads/2019/06/Screenshot_2019-06-29-The-Federation-a-statistics-hub-219x1024.png)](https://framablog.org/wp-content/uploads/2019/06/Screenshot_2019-06-29-The-Federation-a-statistics-hub.png) *À ce jour 38 projets dans la Fédération, selon le site

La première différence est que pour Plume et
WriteFreely, il est nécessaire de créer un
compte sur l’instance que l’on souhaite utiliser. Avec Diffu, suivant
les restrictions définies par l’administrateur⋅e de l’instance, il
sera possible de créer un article juste en donnant son identifiant
Mastodon
par exemple (pas le mot de passe, hein, juste le pseudo et le
nom de l’instance). L’auteur recevra un lien secret par message direct
sur son compte Mastodon lui permettant d’accéder à son environnement de
publication et de rédiger un nouvel article. Ce dernier sera associé à
son auteur ou autrice, son profil Mastodon s’affichant en signature de
l’article. Lors de la publication de l’article sur le Fediverse,
l’autrice ou l’auteur sera mentionné⋅e dans le pouet qu’il n’aura plus
qu’à repartager. L’adresse de la page de l’article sera utilisable sur
les autres réseaux sociaux bien évidemment.

Nous voyons plus les instances Diffu comme des services proposés aux
possesseurs de comptes ActivityPub. Comme on crée un Framadate ou un
Framapad en deux clics, on pourra créer un article.

Les modes de modération et de workflow proposés par Diffu, la thématique
choisie, les langues acceptées, la définition des règles de gestion
permettront aux administrateurs de définir le public pouvant poster sur
leur instance. Il sera par exemple possible de n’autoriser que les
auteurs ayant un compte sur telle instance Mastodon, Diffu devenant un
service complémentaire que pourrait proposer un
CHATONS à ses utilisateurs Mastodon.

Ou, à l’opposé, un défenseur de la liberté d’expression peut laisser son
instance Diffu open bar, au risque de voir son instance bloquée par
d’autres acteurs du Fediverse, la régulation se faisant à plusieurs
niveaux. Nous travaillons encore sur la définition des options de
modération possibles, le but étant de laisser à l’administrateur⋅e toute
la maîtrise des règles du jeu.

Les options retenues seront clairement explicites sur son instance pour
que chacun⋅e puisse choisir la bonne plateforme qui lui convient le
mieux. On imagine déjà faire un annuaire reprenant les règles de chaque
instance pour aider les auteurs et autrices à trouver la plus appropriée
à leur publication. Quitte à écrire sur plusieurs instances en fonction
du sujet de l’article : « J’ai testé un nouveau vélo à assistance
électrique
» sur diffu.velo-zone.fr et « Comment installer LineageOS
sur un Moto G4
» sur diffu.g3l.org.

L’autre différence avec Plume et WriteFreely est le langage retenu pour
le développement de Diffu. Nous avons choisi PHP car il reste à nos
yeux le plus simple à installer
dans un environnement web et nous
allons tout faire pour que ce soit vraiment le cas. Le locataire d’un
simple hébergement mutualisé pourra installer Diffu : on dézippe le
fichier de la dernière version, on envoie le tout par ftp sur le site,
on accède à la page de configuration pour définir les options de son
instance et ça fonctionne. Idem pour les mises à jour.

Nous avons déjà des contacts avec les dev de Plume qui sont tout aussi
motivés que nous pour connecter nos plateformes et permettre une
interaction entre les utilisateurs. C’est la magie du Fediverse !

Vous êtes en phase de crowdfunding pour le projet Diffu. À quoi va
servir cet argent ?


Tout simplement à nous libérer du temps pour développer ce logiciel. On
ne peut malheureusement pas se permettre de laisser en plan l’activité
de Befox pendant des semaines car cela correspondrait à une absence
complète de revenu pour nous deux. C’est donc notre société Befox qui va
récolter le fruit de cette campagne et le transformer en rémunération.
Nous avons visé au plus juste l’objectif de cette campagne de
financement
même si on sait que l’on va
passer pas mal de temps en plus sur ce projet mais quand on aime…

Il faut aussi mentionner les 8 % de la campagne destinés à rétribuer la
plateforme de financement Ulule.

Comment envisages-tu l’avenir de Diffu ?

Comme tout projet libre, après la publication des premières versions, la
mise en ligne du code source, nous allons être à l’écoute des
utilisateurs pour ajouter les fonctionnalités les plus attendues, garder
la compatibilité avec le maximum d’acteurs du Fediverse. On sait que le
protocole ActivityPub et ceux qui s’y rattachent peuvent avoir des
interprétations différentes. On le voit pour les plateformes déjà en
places comme Pleroma, Mastodon, Hubzilla, GNUSocial, PeerTube, PixelFed,
WriteFreely et Plume… c’est une nécessité de collaborer avec les autres
équipes de développement pour une meilleure expérience des utilisateurs.

Comme souvent ici, on te laisse le mot de la fin, pour poser LA
question que tu aurais aimé qu’on te pose, et à laquelle tu aimerais
répondre…


La question que l’on peut poser à tous les développeurs du Libre : quel
éditeur de sources, Vim ou Emacs ?

[![](https://framablog.org/wp-content/uploads/2019/06/chocoediteur.png)](https://framablog.org/wp-content/uploads/2019/06/chocoediteur.png) *Image : https://framalab.org/gknd-creator/*

La réponse en ce qui me concerne, c’est Vim bien sûr.

Plus sérieusement, cela me permet d’évoquer ce que je trouve génial avec
les Logiciels Libres, le fait qu’il y en a pour tous les goûts, que si
un outil ne te convient pas, tu peux en utiliser un autre ou
modifier/faire modifier celui qui existe pour l’adapter à tes attentes.

Alors même si Plume et WriteFreely existent et font très bien certaines
choses, ils sont tous les deux différents et je suis convaincu que Diffu
a sa place et viendra en complément de ceux-ci. J’ai hâte de pouvoir
m’investir à fond dans ce projet.

Merci pour cette interview, à bientôt sur le Fediverse !https://framablog.org/2019/06/30/diffuser-bientot-vos-articles-dans-le-fediverse/
#communs #contributopia #fédération #libreslogiciels #libresservices #befox #crowdfunding #diffu #fediverse #financementparticipatif #libre #morfin #php #publier #ulule
JM Le Samarien
3 weeks ago from feedDiasp*

DIFFUser bientôt vos articles dans le Fediverse ?



Chaque mois le Fediverse s’enrichit de nouveaux projets, probablement
parce nous désirons toujours plus de maîtrise de notre vie
numérique.

Décentralisé et fédéré, ce réseau en archipel s’articule autour de
briques technologiques qui permettent à ses composantes diverses de
communiquer. Au point qu’à chaque rumeur de projet nouveau dans le monde
du Libre la question est vite posée de savoir s’il sera « fédéré » et
donc relié à d’autres projets.

Si vous désirez approfondir vos connaissances au plan
technique

et au plan de la
réflexion

sur la fédération, vous trouverez matière à vous enrichir dans les deux
mémoires de Nathalie, stagiaire chez Framasoft l’année dernière.

Aujourd’hui, alors que l’idée de publier sur un blog semble en perte de
vitesse, apparaît un nouvel intérêt pour la publication d’articles sur
des plateformes libres et fédérées, comme Plume
et WriteFreely. Maîtriser ses publications
sans traqueurs ni publicités parasites, sans avoir à se plier aux
injonctions des GAFAM pour se connecter et publier, sans avoir à brader
ses données personnelles pour avoir un espace numérique d’expression,
tout en étant diffusé dans un réseau de confiance et pouvoir interagir
avec lui, voilà dans quelle mouvance se situe le projet DIFFU auquel
nous vous invitons à contribuer et que vous présente l’interviewé du
jour…

Bonjour, peux-tu te présenter, ainsi que tes activités ?

[![image du profil mastodon de JP Morfin, une meute de chats en arrière-plan de sa photo noir et blanc en médaillon](https://framablog.org/wp-content/uploads/2019/06/Screenshot_2019-06-29-Jean-Pierre-Morfin-Cholat-2-jpfox-m-g3l-org.png)](https://framablog.org/wp-content/uploads/2019/06/Screenshot_2019-06-29-Jean-Pierre-Morfin-Cholat-2-jpfox-m-g3l-org.png) *Jean-Pierre et une partie de l’équipe de développement en arrière-plan*

Bonjour Framasoft. Je m’appelle Jean-Pierre Morfin, on me connaît aussi
sur les réseaux sociaux et dans le monde du libre sous le pseudo jpfox.
J’ai 46 ans, je vis avec ma tribu familiale recomposée dans un village
ardéchois où je pratique un peu (pas assez) le vélo. Informaticien
depuis mon enfance, je suis membre du GULL G3L basé à
Valence, où je gère avec d’autres l’activité
C.H.A.T.O.N.S qui propose plusieurs services
comme Mastodon, Diaspora, TT-Rss, boite mail, owncloud…

Passionnés par le libre, Michaël, un ami de longue date et moi-même
avons créé en 2010 ce qui s’appelle désormais une Entreprise du
Numérique Libre nommée Befox qui propose ses
services aux TPE/PME dans la Drôme et l’Ardèche principalement :
réalisation de sites à base de solutions libres comme Prestashop, Drupal
ou autres, installation Dolibarr et interconnexion entre différents
logiciels ou plateformes, hébergement applicatif, évolutions chez nos
fidèles clients constituent l’essentiel de notre activité.

Et donc, vous voulez vous lancer dans le développement d’un nouveau
logiciel fédéré, « Diffu ». Pourquoi ?


Tout d’abord nous avons ressenti tous les deux le besoin de retourner
aux fondamentaux du Libre, et quoi de plus fondamental que le
développement d’un logiciel ? Lors de nos divagations sur le Fédiverse,
les remarques récurrentes qu’on y trouve
ici
ou
contre
l’utilisation de Medium, nous ont fait penser qu’une alternative pouvait
être intéressante. De plus, l’ouverture d’un compte Medium se fait
nécessairement avec un compte Facebook ou Google, c’est leur façon
d’authentifier un utilisateur ; en bons adeptes de la dégafamisation,
c’est une raison de plus de créer une alternative à cette plateforme.

Voyant le succès et tout le potentiel de La
Fédération
, il fallait que cette nouvelle
solution entre de ce cadre-là, car recréer une plateforme unique de
publication ou un nouveau moteur de blog avec une gestion interne des
commentaires ne présente aucun intérêt. Avec Diffu, la publication d’un
article sur une des instances du réseau sera poussée sur le Fédiverse et
les commentaires et réactions faits sur Mastodon, Pleroma, Hubzilla ou
autre… seront agrégés pour être restitués directement sur la page de
l’article. J’invite les lecteurs à jeter un œil à la maquette que nous
avons réalisée
pour se faire une idée,
elle n’est pas fonctionnelle car cela reste encore un projet.

Image/Photo

Quant au nom Diffu, on lui trouve deux sens : abréviation de
Diffusion, ce qui reste l’objectif d’une plateforme de publication
d’articles. Et dans sa prononciation à l’anglaise Diff You qui peut se
comprendre Differentiate yourself – Différenciez vous ! C’est un peu
ce que l’on fait lorsqu’on livre son avis, son expertise, ses opinions
ou ses pensées dans un article.

Il existe déjà des logiciels fédérés de publication, tels que Plume
ou WriteFreely. Quelles différences entre Diffu et ces projets ?


Absolument, ces deux applications libres, elles aussi, proposent de
nombreux points de similitude avec Diffu notamment dans l’interconnexion
avec le Fediverse et la possibilité de réagir aux articles avec un
simple compte compatible avec ActivityPub.

[![](https://framablog.org/wp-content/uploads/2019/06/Screenshot_2019-06-29-The-Federation-a-statistics-hub-219x1024.png)](https://framablog.org/wp-content/uploads/2019/06/Screenshot_2019-06-29-The-Federation-a-statistics-hub.png) *À ce jour 38 projets dans la Fédération, selon le site

La première différence est que pour Plume et
WriteFreely, il est nécessaire de créer un
compte sur l’instance que l’on souhaite utiliser. Avec Diffu, suivant
les restrictions définies par l’administrateur⋅e de l’instance, il
sera possible de créer un article juste en donnant son identifiant
Mastodon
par exemple (pas le mot de passe, hein, juste le pseudo et le
nom de l’instance). L’auteur recevra un lien secret par message direct
sur son compte Mastodon lui permettant d’accéder à son environnement de
publication et de rédiger un nouvel article. Ce dernier sera associé à
son auteur ou autrice, son profil Mastodon s’affichant en signature de
l’article. Lors de la publication de l’article sur le Fediverse,
l’autrice ou l’auteur sera mentionné⋅e dans le pouet qu’il n’aura plus
qu’à repartager. L’adresse de la page de l’article sera utilisable sur
les autres réseaux sociaux bien évidemment.

Nous voyons plus les instances Diffu comme des services proposés aux
possesseurs de comptes ActivityPub. Comme on crée un Framadate ou un
Framapad en deux clics, on pourra créer un article.

Les modes de modération et de workflow proposés par Diffu, la thématique
choisie, les langues acceptées, la définition des règles de gestion
permettront aux administrateurs de définir le public pouvant poster sur
leur instance. Il sera par exemple possible de n’autoriser que les
auteurs ayant un compte sur telle instance Mastodon, Diffu devenant un
service complémentaire que pourrait proposer un
CHATONS à ses utilisateurs Mastodon.

Ou, à l’opposé, un défenseur de la liberté d’expression peut laisser son
instance Diffu open bar, au risque de voir son instance bloquée par
d’autres acteurs du Fediverse, la régulation se faisant à plusieurs
niveaux. Nous travaillons encore sur la définition des options de
modération possibles, le but étant de laisser à l’administrateur⋅e toute
la maîtrise des règles du jeu.

Les options retenues seront clairement explicites sur son instance pour
que chacun⋅e puisse choisir la bonne plateforme qui lui convient le
mieux. On imagine déjà faire un annuaire reprenant les règles de chaque
instance pour aider les auteurs et autrices à trouver la plus appropriée
à leur publication. Quitte à écrire sur plusieurs instances en fonction
du sujet de l’article : « J’ai testé un nouveau vélo à assistance
électrique
» sur diffu.velo-zone.fr et « Comment installer LineageOS
sur un Moto G4
» sur diffu.g3l.org.

L’autre différence avec Plume et WriteFreely est le langage retenu pour
le développement de Diffu. Nous avons choisi PHP car il reste à nos
yeux le plus simple à installer
dans un environnement web et nous
allons tout faire pour que ce soit vraiment le cas. Le locataire d’un
simple hébergement mutualisé pourra installer Diffu : on dézippe le
fichier de la dernière version, on envoie le tout par ftp sur le site,
on accède à la page de configuration pour définir les options de son
instance et ça fonctionne. Idem pour les mises à jour.

Nous avons déjà des contacts avec les dev de Plume qui sont tout aussi
motivés que nous pour connecter nos plateformes et permettre une
interaction entre les utilisateurs. C’est la magie du Fediverse !

Vous êtes en phase de crowdfunding pour le projet Diffu. À quoi va
servir cet argent ?


Tout simplement à nous libérer du temps pour développer ce logiciel. On
ne peut malheureusement pas se permettre de laisser en plan l’activité
de Befox pendant des semaines car cela correspondrait à une absence
complète de revenu pour nous deux. C’est donc notre société Befox qui va
récolter le fruit de cette campagne et le transformer en rémunération.
Nous avons visé au plus juste l’objectif de cette campagne de
financement
même si on sait que l’on va
passer pas mal de temps en plus sur ce projet mais quand on aime…

Il faut aussi mentionner les 8 % de la campagne destinés à rétribuer la
plateforme de financement Ulule.

Comment envisages-tu l’avenir de Diffu ?

Comme tout projet libre, après la publication des premières versions, la
mise en ligne du code source, nous allons être à l’écoute des
utilisateurs pour ajouter les fonctionnalités les plus attendues, garder
la compatibilité avec le maximum d’acteurs du Fediverse. On sait que le
protocole ActivityPub et ceux qui s’y rattachent peuvent avoir des
interprétations différentes. On le voit pour les plateformes déjà en
places comme Pleroma, Mastodon, Hubzilla, GNUSocial, PeerTube, PixelFed,
WriteFreely et Plume… c’est une nécessité de collaborer avec les autres
équipes de développement pour une meilleure expérience des utilisateurs.

Comme souvent ici, on te laisse le mot de la fin, pour poser LA
question que tu aurais aimé qu’on te pose, et à laquelle tu aimerais
répondre…


La question que l’on peut poser à tous les développeurs du Libre : quel
éditeur de sources, Vim ou Emacs ?

[![](https://framablog.org/wp-content/uploads/2019/06/chocoediteur.png)](https://framablog.org/wp-content/uploads/2019/06/chocoediteur.png) *Image : https://framalab.org/gknd-creator/*

La réponse en ce qui me concerne, c’est Vim bien sûr.

Plus sérieusement, cela me permet d’évoquer ce que je trouve génial avec
les Logiciels Libres, le fait qu’il y en a pour tous les goûts, que si
un outil ne te convient pas, tu peux en utiliser un autre ou
modifier/faire modifier celui qui existe pour l’adapter à tes attentes.

Alors même si Plume et WriteFreely existent et font très bien certaines
choses, ils sont tous les deux différents et je suis convaincu que Diffu
a sa place et viendra en complément de ceux-ci. J’ai hâte de pouvoir
m’investir à fond dans ce projet.

Merci pour cette interview, à bientôt sur le Fediverse !https://framablog.org/2019/06/30/diffuser-bientot-vos-articles-dans-le-fediverse/
#communs #contributopia #fédération #libreslogiciels #libresservices #befox #crowdfunding #diffu #fediverse #financementparticipatif #libre #morfin #php #publier #ulule
Squeeek GPS
3 weeks ago from WP to diaspora*
DIFFUser bientôt vos articles dans le Fediverse ?

Chaque mois le Fediverse s’enrichit de nouveaux projets, probablement parce nous désirons toujours plus de maîtrise de notre vie numérique.

#framablog #framasoft #Libre #free
Cet article est disponible ici: https://framablog.org/2019/06/30/diffuser-bientot-vos-articles-dans-le-fediverse/
DIFFUser bientôt vos articles dans le Fediverse ?
Framasoft
4 weeks ago from WP to diaspora*
Only You & SQL : un nouveau Framabook

Ce nouvel ouvrage vous entraîne dans les coulisses de nos usages numériques quotidiens et nous fait découvrir en profondeur la gestion des bases de données et le langage qui sert à interagir avec elles.

#framablog #framasoft #Libre #free
Cet article est disponible ici: https://framablog.org/2019/06/25/only-you-sql-un-nouveau-framabook/
Only You & SQL : un nouveau Framabook
Squeeek GPS
1 month ago

Amis du #Lot et d'ailleurs, un nouveau journal #libre arrive !

Voici #leCuLOTté


#lelotenaction #le-lot-en-action #info #local #alternatives
Sameclaire
1 month ago

Amis du #Lot et d'ailleurs, un nouveau journal #libre arrive !

Voici #leCuLOTté


#lelotenaction #le-lot-en-action #info #local #alternatives
Squeeek GPS
1 month ago
Soutenez Mathieu, un permaculteur monnaie libriste lance un financement participatif !

Pour le soutenir, c’est par ici : https://www.kisskissbankbank.com/fr/projects/prise-de-terre-pousse-les-murs

Pour lire son très bel article : la G1, “une monnaie permaculturelle?”, c’est par ici : http://www.prisedeterre.net/2019/03/07/une-monnaie-permaculturelle/

#permaculture #monnaie #libre #G1 #TRM

@Squeeek GPS @Taskede @Pierre-Jean Chancellier @1000i100 @Jean Ferreira @RIMEK94 @Axiom Monnaie Libre @Louise Michel @Louis Chance @Yann Beauvois @Brad Pi
Julien Rousseau
1 month ago
Soutenez Mathieu, un permaculteur monnaie libriste lance un financement participatif !

Pour le soutenir, c’est par ici : https://www.kisskissbankbank.com/fr/projects/prise-de-terre-pousse-les-murs

Pour lire son très bel article : la G1, “une monnaie permaculturelle?”, c’est par ici : http://www.prisedeterre.net/2019/03/07/une-monnaie-permaculturelle/

#permaculture #monnaie #libre #G1 #TRM

@Squeeek GPS @Taskede @Pierre-Jean Chancellier @1000i100 @Jean Ferreira @RIMEK94 @Axiom Monnaie Libre @Louise Michel @Louis Chance @Yann Beauvois @Brad Pi
Debian france
1 month ago
J - 12 avant le premier meetup Debian girondin !
 Jeudi 27 juin 2019 à 18h30
 Centre d'animation Saint-Pierre
#debian #meetup #bordeaux #libre
https://www.meetup.com/Debian-France/events/261795407/?_xtd=gqFyqTIzNjA1NDY4M6Fwo3dlYg&from=ref
Squeeek GPS
1 month ago

Faites comme moi, soutenez Mobilizon, un outil libre et fédéré pour sortir nos événements de Facebook !


https://joinmobilizon.org/fr/

#libre #framasoft #opensource
Squeeek GPS
1 month ago from WP to diaspora*
C'est quoi, l'interopérabilité, et pourquoi est-ce beau et bien ?

Protocole, HTTP, interopérabilité, ça vous parle ? Et normes, spécifications, RFC, ça va toujours ? Si vous avez besoin d’y voir un peu plus clair, l’article ci-dessous est un morceau de choix rédigé par Stéphane Bortzmeyer qui s’est efforcé de rendre accessibles[...]

#framablog #framasoft #Libre #free
Cet article est disponible ici: https://framablog.org/2019/06/12/cest-quoi-linteroperabilite-et-pourquoi-est-ce-beau-et-bien/
C’est quoi, l’interopérabilité, et pourquoi est-ce beau et bien ?
Framasoft
1 month ago from WP to diaspora*
C'est quoi, l'interopérabilité, et pourquoi est-ce beau et bien ?

Protocole, HTTP, interopérabilité, ça vous parle ? Et normes, spécifications, RFC, ça va toujours ? Si vous avez besoin d’y voir un peu plus clair, l’article ci-dessous est un morceau de choix rédigé par Stéphane Bortzmeyer qui s’est efforcé de rendre accessibles[...]

#framablog #framasoft #Libre #free
Cet article est disponible ici: https://framablog.org/2019/06/12/cest-quoi-linteroperabilite-et-pourquoi-est-ce-beau-et-bien/
C’est quoi, l’interopérabilité, et pourquoi est-ce beau et bien ?
Squeeek GPS
1 month ago

Khanatelier créatif au THSF 2019


Image/Photo

Quand on met des rêveuses crypto-féministes chargées d’énergie créatrice dans une foule de festival arnarcho-artistico-liberhacker-geek, il se passe quoi ? Il se passe un Khanatelier créatif. Petite chronique de la présence de Khaganat au THSF 2019...

Avec tout plein d’images des créations dans l’article, pour montrer que l’univers du Khanat s’enrichit de plus en plus, et que chacune peut y contribuer, nous sommes toutes des artistes ! Le tout en CC-BY-SA…

#THSF #Khaganat #Khanat #art #ArtLibre #CC-BY-SA #CreativeCommons #mywork #toulouse #hackerspace #univers #libre
Squeeek GPS
1 month ago
⭕️ Plusieurs alternatives éthiques existent, il suffit juste de les connaître et de les faire connaître !

▶️ "Fairbnb.coop alternative à Airbnb qui promet de reverser ses profits dans le développement de projets éthiques au niveau local, ou bien encore CoopCycle, plateforme française qui défend la livraison à vélo respectueuse des livreurs et de l’environnement et met à disposition une solution logicielle pour créer localement sa coopérative de livreurs"

🚗 Et pour le covoiturage libre sans frais de commission, ça se passe évidemment sur https://lacampagne.mobicoop.fr pour prendre sa part !

https://usbeketrica.com/article/bientot-un-uber-ou-un-airbnb-cooperatif-et-ethique


#ethique #libre #alternatives
Mobicoop Covoiturage
1 month ago
⭕️ Plusieurs alternatives éthiques existent, il suffit juste de les connaître et de les faire connaître !

▶️ "Fairbnb.coop alternative à Airbnb qui promet de reverser ses profits dans le développement de projets éthiques au niveau local, ou bien encore CoopCycle, plateforme française qui défend la livraison à vélo respectueuse des livreurs et de l’environnement et met à disposition une solution logicielle pour créer localement sa coopérative de livreurs"

🚗 Et pour le covoiturage libre sans frais de commission, ça se passe évidemment sur https://lacampagne.mobicoop.fr pour prendre sa part !

https://usbeketrica.com/article/bientot-un-uber-ou-un-airbnb-cooperatif-et-ethique


#ethique #libre #alternatives
Nicolas S. 🍺
2 months ago
Install party à Noisy-le-Sec ce samedi 8 juin

https://www.agendadulibre.org/events/19645

@parinux

#linux #libre #installparty
Squeeek GPS
1 month ago
Image/Photo

Khaganat au Grafiklabor : le compte-rendu


Les 11 et 12 mai 2019, nous étions au Grafiklabor. L'occasion de parler de Godot, de Blender, et de façon générale d'illustration et de 3D.

Lire plus...

#khaganat #khanat #mmorpg #libre #jeuvideo #jeuxvideos #culturelibre #graphisme #Godot #Blender #Grafiklabor
Zatalyz Lach'lan
1 month ago
Image/Photo

Khaganat au Grafiklabor : le compte-rendu


Les 11 et 12 mai 2019, nous étions au Grafiklabor. L'occasion de parler de Godot, de Blender, et de façon générale d'illustration et de 3D.

Lire plus...

#khaganat #khanat #mmorpg #libre #jeuvideo #jeuxvideos #culturelibre #graphisme #Godot #Blender #Grafiklabor
Rémi Borfigat
1 month ago
Podcast très sympathique de l'émission « Libre à Vous ! » par l'@aprilorg Merci pour cette belle discussion sur @Framasoft avec @pyg
Cela fait plaisir d'avoir une petite piqûre de rappel sur l'historique et les projets de l'association.

Je recommande fortement l'écoute :

https://media.april.org/audio/radio-cause-commune/libre-a-vous/emissions/20190604/libre-a-vous-20190604-presentation-framasoft-pyg.ogg

#libre
Later posts Earlier posts